• Sara MUNOZ PORTELA

LE BURNOUT PARENTAL

Ces derniers temps, vous aurez lu beaucoup de posts sur vos réseaux à propos de la dépression post-partum (DPP) différente du baby blues qui disparaît plus ou moins rapidement.


La DPP peut atteindre 10% des mères au cours des trois premiers mois suivant l’accouchement. Elle peut toutefois affecter jusqu’à 19% des femmes dans le cas d’une dépression légère. Maintenant on sait qu’elle peut aussi se developer chez les pères (4% chez les hommes, contre 10% chez les femmes).


PAR CONTRE là je vous partage une autre grande vérité ⬇️, un phénomène grave, la surcharge mentale et physique du post-partum qui peut, sans besoin de facteurs de risque, mener une maman à developer une dépression ou un burnout parental (épuisement parental).


Malheureusement sous-diagnostiqué et peu connu, le burnout parental se produit lorsque les parents sont exposés à un stress dû à leur rôle de parent.

Le burnout parental se manifeste principalement sous la forme d'un épuisement moral et d'une fatigue physique durable. Il peut avoir de graves conséquences sur la santé mentale et physique des parents, mais aussi des enfants. Un peu comme pour la dépression post-partum, cette problématique reste un tabou. De nombreux parents se sentent coupables d'admettre que l’enfant n'apporte pas le bonheur qu'ils attendaient ou ont peur d'être considérés comme de « mauvais parents ».


Les signes qui peuvent inquiéter


• Vous avez le sentiment d’être épuisé·e dans votre rôle de parent : vous n’en pouvez plus, vous avez l’impression de ne plus arriver à réfléchir correctement et/ou ressentez une fatigue physique.

• Vous éprouvez une distance affective avec votre ou vos enfant·s, vous avez moins d’énergie à lui/leur consacrer.

• Le parent que vous êtes devenu·e ne correspond pas au parent efficace et épanoui·e que vous étiez ou que vous vouliez être.

• Vous vous sentez dépassé·e et avez l’impression de ne plus parvenir à trouver du plaisir dans votre rôle de parent.

• Vous perdez votre calme plus souvent que d’habitude.

• Votre estime de vous-même en tant que parent s'affaiblit.

• Certaines tâches de la vie quotidienne, surtout lorsqu’elles sont en relation à votre enfant, vous semblent impossible à accomplir.

• Vous avez des troubles de sommeil.

• Vous changez fréquemment d’humeur.


⚠️ La fatigue et le manque de sommeil changent bien sûr notre humeur et peuvent dérégler notre centre du sommeil. Par contre, vous devez sentir que lorsque vous arrivez à vous reposer (avec une sieste ou après quelques heures d’affilée la nuit), votre état d’esprit s’améliore nettement. Si ce n’est pas le cas, restez vigilant•es et parlez-en avec votre professionnel de la santé le plus proche 🥼


En prenant soin de vous, vous prenez également soin de vos enfants !


N’hésitez pas a contacter votre sage-femme de confiance pour lui demander les possibilités qui existent pour vous aider et vous soulager dans votre région et partagez vos angoisses, si vous vous sentez seules, débordées ou frustrées.


Si vous ressentez LE MOINDRE BESOIN appelez les numéros d’aide et d’urgence atteignables 24h/24 🇨🇭:


La Main Tendue au 143

La ligne de Conseil aux parents de Pro_Juventute au 058 261 61 61

Les urgences santé au 144


Cela peut ne pas paraître évident, mais nous sommes là pour vous.


À très bientôt! 👋🏼 📸 @maelisspazaparents


#mamandebordee #congeparental #parentalité #parentalitepositive #dpp #depressionpostpartum #surmenage #femmeaufoyer #maternage #famille #familyfirst #sororite #postpartum #sagefemme #vevey #riviera #vaud #suisse


2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout